Presse

Nota Bene...des rencontres productives!

La Ville de Québec est le théâtre d'une montée certaine de l'entrepreneurship, de l'innovation et de la créativité. Le développement culturel, économique et social de la région est fortement influencé par cette nouvelle prise de conscience qu'un des moteurs de la création de richesse collective est l’entrepreneuriat. La multiplication de nouveaux évènements où des modèles d'entrepreneurs ont l'occasion d'échanger avec la relève en est le reflet le plus tangible.

Les rencontres organisées par Nota Bene participent à ce renouveau du caractère de la Capitale qui ajoute ainsi un élément à sa belle personnalité: entreprendre, c'est bien vivre... aussi !

J'ai participé hier soir à la première de plusieurs des rencontres Nota Bene prévues pour 2015. Sous la direction de Lara Emond et de son équipe, l'idée est de connecter la relève entrepreneuriale à des leaders oeuvrant au sein de différentes industries. Hier soir, Dominique BrownAlbert Dang-Vu etOlivier Dufour ont répondu aux questions des 45 participants, regroupés dans de petits cercles d'échanges propices à la confidence. Ce genre de rencontre a débuté en 2014 à Québec, mais la formule s'est rapidement élargie vers Montréal et Toronto.

Fondateur de Beenox et maintenant président de Chocolats Favoris, Dominique Brown a frappé l'imaginaire des gens présents par ses encouragements à transgresser les limites du possible. Selon lui, l'échec n'est jamais une option !

Président & CEO chez Mirego, Albert Dang-Vu a impressionné par son récit sur les méthodes de recrutement de l'entreprise qu'il dirige, basées sur la recherche des passions et de l'authenticité. Les méthodes de gestion de l'entreprise en forte croissance, spécialisée dans les applications mobiles, innovent par l'autonomie et la confiance accordées aux employés.

Créateur prolifique et entrepreneur aguerri chez Dufour spectacles et images, Olivier Dufour a joué d'audace en racontant dans le détail son processus créatif, parsemé de moments d'euphorie et de chaos, mais aussi centrée sur la recherche de solutions efficaces. La prise de risque est au coeur de l'image de marque des entreprises et des créations de celui qui est avant tout, un artiste.

La rencontre d'hier soir visait à faire découvrir l’univers électrisant qui unit la créativité et les technologies. Les participants ont beaucoup apprécié, d'autant qu'on leur servait de temps à autre quelques bouchées de chez Chanhda, du thé Théodore, après les avoir accueillis avec de la PUR Vodka.

J'ai pu m'entretenir avec la directrice générale Lara Emond, qui est aussi responsable de la programmation de ces rencontres. Son objectif est de développer des communautés entrepreneuriales fortes, basée sur une vision de l’entrepreneuriat comme «moteur de création de richesse collective».

Le choix du vocable Nota Bene («bien noter que») comme dénomination du collectif inspire beaucoup cette jeune entrepreneure engagée, déjà reconnue au Québec comme femme d'affaires avertie. La soirée d'hier était réglée au quart de tour, mais on ne sentait pas le cadre. Chacun pouvait facilement trouver l'espace pour s'exprimer et discuter. Le programme était riche, mais les enchaînements allaient tout naturellement. Même l'animation dudirecteur générale de Québec Numérique était souple et ricaneuse.

Il convient donc de «bien noter que» les rencontres organisées par Nota Beneconstituent des rendez-vous où le temps passe vite, mais les bonnes idées restent longtemps !

J'en étais à ma première, ce ne sera pas ma dernière.

Bravo à tous les bénévoles et merci à la générosité de tous les participants !

Mario Asselin - Le Journal de Montréal